Manuelle Gautrand élue Femme architecte 2014 !

manuelle-gautrand

Cette année encore, le Prix de la femme architecte a connu un franc succès. Et l’heureuse élue est Manuelle Gautrand qui succède à Anne Demians, lauréate 2013. La cérémonie s’est déroulée le 15 décembre 2014 au Pavillon de l’Arsenal. Les lauréates ont reçu un trophée spécialement conçu pour ce prix, trophée réalisé par une artisane verrière Nicole Barondeau. L’ARVHA (Association pour la Recherche su la Ville et l’HAbitat), dirigée par Catherine Guyot est initiatrice du prix des femmes architectes et organisatrice de la cérémonie.

femme-architecte

Pour le « prix de la femme architecte », Le jury a tenu à remettre deux Mentions Spéciales dont une à Renée GAILHOUSTET pour sa carrière en tant que pionnière et Christiane SCHMUCKLE MOLLARD pour son action vers le patrimoine. Le prix de l’Œuvre Originale est attribué à Maryam ASHFORD BROWN pour le Siège social Weleda, Huningue, France.

© Manuelle Gautrand 

manuelle-gautrand

La composition du jury

Le jury présidé par Karin RENNER, fondatrice de l’agence RENNER HAINKE WIRTH ARCHITEKTEN GMBH s’est réuni le 30 octobre 2014 pour délibérer. Il est composé de représentantes de l’ordre des architectes français – Béatrice AUXENT Présidente du CROA Nord pas de calais et Christine LECONTE élue au CROAIF et secrétaire générale du CNOA, Sophie MASSE pour le Ministre de la Culture et de la communication, et les lauréates de 2013, ainsi que les lauréates des trois prix 2013, « des clics et des calques » avec Mathilde JAUVIN et Camille BESUELLE et Mathilde JAUVIN, Anne DEMIANS et Odile DECQ. L’an prochain, les femmes lauréates seront amenées à participer au jury.


Manuelle Gautrand est née le 14 juillet 1961 à Marseille (France). Elle obtient son diplôme d’Architecte DPLG à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier en 1985. Elle travaille durant 6 ans dans différentes agences d’architecture à Paris en tant que salariée. Elle crée son agence en 1991, d’abord à Lyon puis à Paris, et depuis 1994, elle vit et travaille à Paris.

Elle est l’architecte principale de l’agence MANUELLE GAUTRAND ARCHITECTURE et son activité majeure est la conception et la construction de bâtiments dans des domaines aussi variés que des équipements culturels (théâtres, musées, centre culturels), des bureaux, des logements, des équipements commerciaux et de loisirs, etc…

Elle travaille autant pour des grands clients publics et institutionnels que privés, en France et à l’étranger. C’est le « C42 », la vitrine mondiale de Citroën sur les Champs-Elysées à Paris qui la fait connaître à l’international et auprès du grand public, en 2007. Derniers travaux : En 2013 sont en cours de développement un espace culturel et sportif à Saint-Louis, un immeuble mixte hôtel et logements à Montpellier, un centre de musique et de dance à Ashkelon, la reconstruction du cinéma Alésia à Paris, etc…

En 2011 sont livrés l’immeuble de bureaux « Origami », avenue de Friedland à Paris et la Gaîté-Lyrique, un ancien théâtre transformé en espace dédié à l’art numérique et aux musiques électroniques à Paris. L’année 2010 voit la livraison de 2 bâtiments importants : le LaM, le Musée d’Art Moderne, d’Art Contemporain et d’Art Brut de Lille, qui est inauguré en septembre 2010 et la Cité des Affaires à Saint-Etienne, un immeuble de bureaux de 25.000 m². En 2009, elle démarre les études de sa première tour, la tour AVA à la Défense, pour laquelle le permis de construire est obtenu et livre son premier bâtiment à l’étranger : un centre commercial à Bangkok en Thaïlande.

Distinctions :

• Promue au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur en avril 2010

• Promue au grade de Chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres en décembre 2007

Prix (extraits) :

  • 2013 France Lauréate du prix « Montgolfier », décerné par la Société d’Encouragement de l’Industrie Française
  • 2011 Etats-Unis Lauréat du prix international « The Chicago Athenaeum » – Musée d’Art Moderne de Lille
  • 2011 Etats-Unis Lauréat du prix international « The Chicago Athenaeum » – Cité des Affaires de Saint-Etienne
  • 2010 France Lauréat du prix français « des plus beaux ouvrages de construction métallique » – Cité des Affaires de Saint-Etienne
  • 2009 Angleterre Lauréat du prix international « World Architecture News, catégorie ‘commercial’ – Showroom Citroën à Paris
  • 2009 Allemagne Lauréat du prix international « Contracworld Award » – Showroom Citroën à Paris
  • 2008 Etats-Unis Troisième prix international de « Interior Design Association » – Showroom Citroën à Paris
  • 2005 France Lauréat du prix international « MIPIM-Architectural Review », catégorie ‘futur-project’ – Showroom Citroën à Paris
  • 2004 France Lauréat de la pyramide d’Argent du « Prix français Vivrelec » – Logements Solaris à Rennes
  • 2003 France Lauréat du « Trophée de la Construction » – carrière en général 2002 France Lauréat de la Médaille d’Argent de l’Académie d’Architecture française – carrière en général
  • 2000 France Lauréat du prix français AMO « Architecture et Lieux de Travail »

Renée Gailhoustet est une architecte française née à Oran le 15 septembre 1929, célèbre pour ses réalisations en matière de logement social en banlieue parisienne. Fille d’un comptable puis administrateur du journal L’Écho d’Oran, elle suit des études littéraires à Paris, en classe préparatoire puis à la Sorbonne où elle obtient une licence de lettres. Militante aux Jeunesses communistes à l’université, c’est par goût pour la politique qu’elle décide de bifurquer vers l’architecture.

Elle entre à la fin de l’année 1952 à l’École nationale supérieure des beaux-arts, dans l’atelier de Marcel Lods – André Hermant – Henri Trezzini, le seul qui à l’époque accepte les femmes. Elle y fait la rencontre de Jean Renaudie, avec qui elle entame une relation qui durera jusqu’en 1968 et dont elle a deux filles. Fin 1958, elle quitte cet atelier pour intégrer l’atelier extérieur de Jean Faugeron.

Elle est diplômée en 1961 sur un projet de tour de logements en semi-duplex : dès cette époque elle est une des rares architectes à s’intéresser aux problématiques du logement social. Elle entre dans l’agence de Roland Dubrulle en 1962 et se voit confier le projet de rénovation d’Ivry-sur-Seine.

Elle devient finalement architecte en chef de la ville en 1969. C’est dans ce cadre qu’elle invite Jean Renaudie à réfléchir avec elle sur le plan masse de la rénovation. Il obtiendra ici ses premières commandes en tant qu’architecte indépendant après son départ de l’Atelier de Montrouge. Dans ses réalisations, Gailhoustet rejette le principe de séparation des fonctions qui règne dans les grands ensembles sans pour autant vouloir revenir à la ville traditionnelle.

S’appuyant sur les réflexions des architectes du Team X, notamment l’équipe de Georges Candilis, Alexis Josic et Shadrach Woods chez qui elle a travaillé, et sur les propositions inédites de Renaudie construites à Ivry, elle préconise au contraire la différenciation et l’imbrication des espaces. Elle fonde sa propre agence en 1964 et collabore avec de nombreuses municipalités communistes de proche banlieue parisienne ainsi qu’à La Réunion. Elle est nommée architecte-conseil de l’État pour le département de la Nièvre. Elle enseigne à l’École spéciale d’architecture en 1973 à 1975.

  • Baudelaire, Logements à Ivry-sur-Seine Le liegat
  • Logements à Ivry-sur-Seine
  • Marat, Logements à Ivry-sur-Seine Spinoza
  • Logements à Ivry-sur-Seine
  • Tours Raspail, Logements à Ivry-sur-Seine

Christiane Schmuckle-Mollard est la première femme à avoir accédé à la fonction d’architecte en chef des Monuments historiques, en 1982. Elle est chargée du Val-de-Marne et de la cathédrale de Strasbourg. À ce titre, elle est également architecte de l’œuvre de Notre-Dame. Elle est architecte DPLG (1970), urbaniste diplômée de l’université de Munich (1977) et architecte du patrimoine, diplômée de l’école de Chaillot (1979). En parallèle de son activité libérale, elle est vice-présidente de l’Académie d’architecture, membre fondateur du Comité scientifique international de l’ICOMOS sur les Structures (ISCARSAH) et sur le Patrimoine du XXe siècle (ISC 20.C), membre du Conseil d’ICOMOS France.

Les nombreux travaux de Christiane Schmuckle-Mollard lui confèrent une autorité certaine dans le domaine de la réutilisation et de la reconversion des édifices, de l’intégration de l’architecture contemporaine dans les monuments historiques, et dans la restauration des édifices du début du XXe siècle.

  • Ambassade d’Egypte, restauration de l’Hôtel Ephrussi
  • Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg
  • Château de Sucy-en-Brie Groupe scolaire Karl Marx de l’architecte André Lurçat à Villejuif
  • Château de Grosbois à Boissy-Saint-Léger
  • Restauration de l’œuvre de Jean Dubuffet
Authors

Related posts

One Comment;

  1. CAPELLI said:

    Bonjour Madame,

    Je viens de visiter un appartement en rez de chaussée à PARIS 15 – Rue croix Nivert.
    Il comprend 2 pièces pour une surface de 22 m2.
    Ce bien demande des travaux.
    Je voulais savoir si vous pourriez me faire une étude.
    Je trouve votre site très agréable, c’est pour cela que je prends attache avec vous.
    Bien à vous.

    Christophe Capelli
    06-64-93-01-69

*

Top
PARTAGER
OU
NOUS SUIVRE PAR EMAIL
En vous abonnant par email vous bénéficierez de nos dernières actualités envoyées hebdomadairement.
Nous ne communiquons pas votre adresse à des organismes tiers.
Vous appréciez le site ? Suivez-nous !