Brest accueillera dans moins de deux ans son téléphérique urbain

telepherique-urbain-brest

L’année dernière, nous vous avions présenté le projet de construction d’un téléphérique urbain au plein cœur du centre-ville de Brest pour relier les deux rives de la Penfeld. Et bien voilà, le projet est bel est bien lancé. Dans un mois, Brest Métropole Océane (BMO) dévoilera le lauréat du concours de conception-réalisation et livrera son téléphérique mi 2016, soit 6 mois après la date fixée au démarrage du projet. 

Pas question de remettre en cause sa finalisation, malgré des doutes émis suite à l’annonce du gouvernement de renoncer à l’écotaxe. En effet, ce projet était l’un des 120 projets de transports français ayant participé à l’appel à projets du Ministère des Transports (voir notre liste des projets et notre enquête ici). L’apport de l’Etat devait donc s’élever à 3,2 millions d’euros. Mais BMO est ferme sur ses positions. La collectivité ira jusqu’au bout quitte à faire un effort financier supplémentaire, car l’enjeu est bel et bien d’ancrer l’écoquartier des Capucins dans la dynamique du cœur de métropole, en résonance directe avec l’hyper centre et le quartier de Recouvrance.

La maquette et le plan du centre-ville de Brest séparé en deux rives et reconnecté grâce au téléphérique / Crédits images © Brest Métropole Aménagement

maquette

plan-brest-centre-ville-siam-capucins

Le budget prévisionnel s’élève aujourd’hui à 19,1 M€ HT frais de maîtrise d’ouvrage et déviation de réseaux compris.

Côté scénario, plusieurs hypothèses ont été étudiées avant de se lancer dans le téléphérique. Le pont transbordeur, qui coûte en moyenne de 40 à 60 M€, le pont routier levant de 30 à 50 M€, la passerelle levante entre 20 et 23 M€. Finalement, le téléphérique s’est présenté comme la solution la plus logique, car la plus économique et la plus confortable pour améliorer la qualité de vie dans le centre-ville.

Le confort visuel est mis en avant grâce à l’originalité de l’ouvrage pour les gens autour, mais aussi pour les usagers de ce moyen de transports qui bénéficieront d’une vue inouïe sur toute la ville. Le confort acoustique et olfactif en diminuant nettement l’utilisation de la voiture dans l’hyper centre et donc les pics de pollution. Ce qui n’aurait pas été le cas si BMO avait misé sur un pont pour les voitures.  Une voiture émet 300 grammes de CO2 par Km et par passager contre 10 grammes pour le téléphérique.


Le design imaginé pour les cabines en concertation avec les habitants / Crédits images © Eric Rhinn

telepherique-urbain-brest

telepherique-urbain-brest-siam-capucin

cabine-telepherique-brest-design

cabine-telepherique-brest-metropole

Le projet plus en détails

Culminant à 60 mètres à son point le plus haut, le futur téléphérique reliera donc l’éco-quartier des Capucins sur la rive gauche, au quartier SIAM, sur la rive droite. La durée de la traversée est estimée à 3 minutes pour une distance de 460 mètres. Le débit moyen attendu est de 650 passagers par heure et 1200 passagers maximum en heure de pointe, comme à la sortie du cinéma par exemple. Le téléphérique fonctionnera 358 jours par an soit plus de 6000 heures avec une amplitude journalière de 17 heures.

Le téléphérique sera intégré au réseau de transports en commun existant. Avec un titre de transports unique, l’usager pourra prendre aussi bien le téléphérique que le bus et le tramway. Il sera accessible aux personnes à mobilité réduite et permettra une descente et une montée facile grâce à un arrêt en stations. Les vélos pourront aussi l’emprunter.

Côté rive droite, l’implantation de la station n’est pas définie. Deux scénarii se présentent : celui d’une construction classique en surface à l’angle des rues Ducouédic et Pasteur ou en arrière de ce même carrefour, et celui d’une construction enterrée pour laquelle les cabines sortiraient du directement du mur d’enceinte en aplomb de la Penfeld.

Du côté rive gauche, l’implantation de la station a été définie en même temps que le plan masse de la ZAC des Capucins. La station sera insérée dans les futurs « Ateliers » qui regrouperont entre autres la médiathèque, multiplexe cinéma, etc. Alain Masson, Vice-président de BMO chargé des grands projets, de l’énergie et des déplacements, explique que « le téléphérique arrivera directement dans la rue couverte à l’intérieur du quartier des Capucins« . L’objectif, une intégration visuelle maximale qui devrait être très réussie. Il poursuit en précisant que l’écoquartier des Capucins et ses 16 hectares « ont vocation à devenir le cœur de la métropole avec ses logements, commerces, bureaux et équipements culturels. » Et que ce projet est donc rendu nécessaire « pour raccrocher le futur écoquartier au centre-ville actuel. »

L’arrivée du téléphérique dans la station des Capucins /  Crédits images © Brest Métropole Aménagement

station-telepherique-brest-capucins

telepherique-brest-metropole

L’équipe de maîtrise d’oeuvre sera sélectionnée mi-novembre parmi 5 équipes en compétition. Il s’agit d’un marché de conception-réalisation, comme cela se fait souvent pour les infrastructures assez techniques qui nécessite un vrai savoir faire dans toutes les phases du projet. L’équipe choisie s’occupera donc des études mais aussi des travaux. Et cela permet à BMO de mieux tenir l’enveloppe budgétaire fixée avant le démarrage des études de maîtrise d’oeuvre.

Chantier : Où en est le projet ?

Lors de la visite du site des Capucins le 9 octobre 2014, nous avons pu constater que la toiture des futurs Ateliers avait été déposée. Seuls restent les murs d’enceinte. A l’intérieur de ces Ateliers, plusieurs « boites », des constructions indépendantes et désolidarisées du bâtiment original, sont en train de voir le jour. Dans une boite sera aménagée la future station du téléphérique. Dans d’autres, la médiathèque ou le multiplexe, etc. Cette mesure a été rendue nécessaire notamment à cause des contraintes sismiques et celles du planning. En effet, comme dans toutes les ZAC, chaque projet est distinct l’un de l’autre (médiathèque, station, cinéma).  Sauf que dans les autres ZAC, l’espace n’est pas contraint dans un même bâtiment comme ici. BMO a donc du anticiper les contraintes des uns et des autres et a opté pour ce système de boites qui permet que chaque structure soit indépendante l’une de l’autre.

Le mur d’enceinte vu de l’extérieur des Ateliers à l’emplacement de la future station du téléphérique

chantier-atelier-ecoquartier-capucins-brest

La banche dans laquelle sera coulé le béton qui délimitera le périmètre de la future station à l’intérieur des Ateliers

chantier-station-telepherique-brest-capucins

Sur cette photo, on voit bien la structure désolidarisée de la médiathèque avec le mur d’enceinte des Ateliers

chantier-mediatheque-quartier-capucins-brest

La vidéo du projet

Authors

Related posts

2 Comments

  1. Guéringrad said:

    Vous avez inverser rive droite et rive gauche bande de bolosses !

    Sinon à quand une batcave sous la mairie ?

*

Top
PARTAGER
OU
NOUS SUIVRE PAR EMAIL
En vous abonnant par email vous bénéficierez de nos dernières actualités envoyées hebdomadairement.
Nous ne communiquons pas votre adresse à des organismes tiers.
Vous appréciez le site ? Suivez-nous !