Le mobilier urbain : nouvel outil stratégique d’aménagement pour les villes ?

mobilier-urbain-intelligent-paris

Le , nouvel outil stratégique d’aménagement des villes ? Entre instrument de personnalisation de la ville et réel besoin d’équiper le territoire, retour sur une nouvelle tendance qui n’a pas fini de faire parler d’elle…

L’Union nationale des industries française de l’ameublement (Unifa), syndicat professionnel de l’ameublement, a publié le 18 septembre dernier les résultats d’une enquête sur les nouveaux enjeux pour le et l’aménagement des villes.

Son objectif était de comprendre les enjeux et les tendances du mobilier urbain, de collecter les besoins et les attentes des collectivités locales et de définir les axes de développement envisagés. Menée auprès de 56 collectivités françaises de taille et de situations variées, cette enquête révèle :

- l’adaptation nécessaire du mobilier urbain aux mobilités douces (avec une demande croissante de mobilier à destination des piétons et cyclistes – parkings vélos, signalétique adaptée) et alternatives (signalétique pour le covoiturage, bornes de recharge électriques);
– son adaptation aux enjeux de durabilité (choix des matériaux, réutilisation de mobilier en fin de vie), d’économies d’énergie et aux nouvelles normes d’accessibilité PMR (potelets facilitant les cheminements, bancs surélevés);
– l’enjeu de maîtrise du coût global équipements, avec la recherche d’un équilibre entre coût, robustesse et frais de maintenance;
– l’enjeu de mixité sociale et générationnelle, en particulier pour les pôles urbains développés.

Parmi les principales tendances, on retrouve la volonté des collectivités d’associer les habitants en amont dans le choix du mobilier et de prêter plus d’attention aux usages. Les pistes envisagées en matière de types de mobilier: des stations ou abris de transports, des îlots combinés (bancs, poubelles, etc), des bancs inclinables…

Le mobilier urbain : élément de valorisation de l’

Les pôles urbains, les villes historiques et/ou développées économiquement ont désormais bien identifié le mobilier urbain comme un outil de valorisation de leur territoire et de leur histoire. Il est perçu comme un marqueur de l’identité territoriale du lieu qui valorise ses spécificités et son passé et tend à devenir une véritable « marque de territoire ». La Ville de Troyes a par exemple choisi du mobilier en fonte, illustrant le 20e siècle, et a privilégié les matières et couleurs en cohérence avec celles de la ville. La Ville de Limoges pour sa part, a décliné la céramique sur l’espace et le mobilier urbain, une évocation subtile de sa spécialisation ancestrale dans les arts du feu (céramique, émaux).

Pour marquer leur « identité », certaines collectivités développent des gammes spécifiques de mobilier urbain créées par des designers. Ainsi le a fait appel à l’ pour dessiner sa ligne de mobilier urbain. Le Vésinet a créé une ligne de mobilier urbain baptisée Flore, en harmonie avec l’ minéral et les espaces jardinés qui font le renom de la commune.

Les chartes de mobilier urbain, rédigées par de plus en plus de collectivités, devraient permettre de formuler une vision à long terme sur le sujet.
Exemple : Charte du mobilier urbain de Bordeaux

Il est venu le temps de la lisibilité…

Le temps n’est résolument plus à l’accumulation et les élus souhaitent désormais homogénéiser leur territoire et le rendre plus lisible, afin de renforcer l’identité de leur ville. Le plus fréquemment, cette volonté se traduit, dans l’espace urbain, par une harmonisation des référentiels de mobilier : nombre de gammes limité, lignes et couleurs soigneusement sélectionnées pour soutenir la cohérence et l’identité visuelle de la ville et/ou de certains quartiers. Cette tendance s’accompagne d’une personnalisation de lieux précis (centres villes, quartiers historiques) dans lesquels les équipements choisis soulignent l’ambiance urbaine tout en répondant aux besoins des usagers.

L’ensemble de ces évolutions déplacent les critères de la commande publique, avec l’accent mis sur des critères environnementaux et une personnalisation croissante des produits pour répondre aux attentes variées des collectivités locales. Ce marché de plus en plus segmenté oblige une adaptation permanente pour les entreprises, qui permet de mieux résister à la concurrence internationale.

Les critères de choix des équipements de mobilier urbain

: matériaux recyclables, bilan carbone…
• Esthétique : ambiances urbaines, modernité, adéquation à l’ bâti…
• Usages : anticipation des usages
• Budget : réduction des coûts, contraintes de maintenance…
• Délais : rapidité de livraison, réactivité dans l’entretien
• Maintenance : substituabilité, résistance, solidité, durée de garantie

Authors

Related posts

*

Top