La Villa 100 % déchets recyclés à Nantes

villa-dechet-nantes

Article publié en décembre 2011 et mis à jour en juin 2013

La Villa déchets a été construite fin 2010 à partir de 25 tonnes de détritus en tout genre : journaux, palettes,… Imaginée pour être construite très rapidement et avec l’aide de bénévoles, ce concept tiré de la Scrap House de San Francisco a séduit un large public dans l’agglomération nantaise.

Aujourd’hui, après un an d’exploitation, son architecte n’est plus aussi enthousiaste qu’auparavant. Cet article propose de faire un retour sur le et la de ce concept unique en France.

Crédits photos Villa Déchets à Nantes © Frédéric Tabary

villa dechets La Villa 100 % déchets recyclés à Nantes

Un brin d’histoire : émergence d’un nouveau concept 100% écologique

Ce a été imaginé par l’association Tabakero, réunissant Frédéric Tabary, architecte d’intérieur / designer d’espaces et Yann Falquerho, scénographe et fondateur de Un coin chez soi. Il est directement inspiré de la Scrap House de San Francisco : une villa construire en 2005 à base de déchets.

Villa Déchets de San Francisco (Crédits photos © ScrapHouse)

nantes villa dechets La Villa 100 % déchets recyclés à Nantes

La « Villa Déchets » est une véritable villa d’architecte réalisée à partir des déchets collectés, triés et métamorphosés par plus de 7000 bénévoles de la région nantaise. L’objectif du projet a été avant tout d’engager un débat citoyen sur la thématique de la réduction des déchets en mobilisant des bénévoles sur un événement à large couverture médiatique.

Le projet plus en détails

La de cette maison prototype de 76 m² habitables, qui trône actuellement en plein cœur de Nantes, s’est faite à partir de la collecte de cinquante tonnes de déchets industriels réutilisés comme matières premières. Au terme d’un chantier express de moins de trois semaines, la Villa déchets a absorbé trois tonnes de métal, 80 m3 de flocons de polystyrène, 1 300 palettes de bois… Près de 800 caisses utilisées pour transporter fruits et légumes, ont été reconverties en un vaste bardage de bois.

Les défis de la Villa Déchets :

• Sensibiliser le grand public sur la nécessité de la réduction des déchets en amont de la consommation.
• Réussir à mobiliser 7 000 bénévoles sur une période de 35 jours (200 bénévoles par jour).
• Mobiliser 30 personnalités du monde culturel, sportif, littéraire et du spectacle.
• Assurer une couverture médiatique nationale et internationale.
• Construire une maison d’architecte en seulement 15 jours.
• Organiser 10 conférences sur la thématique du en accord avec l’ADEME (Agence de l’ et de la Maîtrise de l’Energie), Maisons du Monde et Nantes (Communauté urbaine de Nantes).
• Développer des partenariats avec les étudiants du secteur des industries créatives à Nantes (écoles d’, design, etc.) pour co-concevoir les aménagements intérieurs.
• Déployer le projet Villa Déchets en France et en Europe : Paris 2011, Bruxelles 2012 et Marseille 2013.
• Présenter un bilan carbone de l’opération.

villa dechet nantes La Villa 100 % déchets recyclés à Nantes

Calendrier du chantier : seulement 35 jours de construction

- Du mercredi 20 octobre au mercredi 10 novembre 2010: Début collecte des déchets, conception et réalisation du mobilier, conception de la Villa Déchets, réalisation des murs.
– Du mercredi 10 novembre au dimanche 28 novembre 2010: Construction de la Villa Déchets.
– Du dimanche 28 novembre au mercredi 1er décembre 2010: Finition et rangement.

L’avis de l’architecte Frédéric Tabary, à l’origine du projet

La Villa Déchets, qui a quitté l’ile de Nantes pour s’implanter dans l’écoquartier de la Bottière-Chénaie, n’est en réalité pas si écologique que ça. Toutes proportions gardées, son chantier – qui a mobilisé 2500 bénévoles et treize salariés pendant vingt-cinq jours – aurait en effet généré presque deux fois plus d’émissions de CO2 qu’une maison traditionnelle.

Nantes prête actuellement le terrain sur lequel la villa a été relocalisée. Mais cette situation semble très provisoire, en effet il est prévu que d’ici un an, la parcelle occupée par la villa déchets accueille un équipement public pour les nouveaux habitants de l’écoquartier. La villa ne devrait donc pas tout de suite partir à la déchetterie…. Vous pouvez d’ailleurs y réserver une nuit pour un peu moins de 70 euros.

maison dechet ile nantes La Villa 100 % déchets recyclés à Nantes

nantes villa dechet La Villa 100 % déchets recyclés à Nantes

 

Authors
Tags

Related posts

6 Comments

  1. Elisabeth Poulain said:

    J’avais suivi avec intérêt en son temps l’avancée de ce qui n’était au départ qu’un projet associé à un belle opération médiatique. Le résultat est presque trop réussi à mon goût. Je me pose des questions.
    – Fallait-il  en faire un objet de déco, comme ce qu’on voit sur les photos? Ne 
    pouvait-on pas sauter un pas de plus et inventer un confort sans chi-chi?
    – La seconde question vise directement les palettes qui sont le plus souvent traitées avec des produits chimques qui rend le bois impropre à une réutilisation ultérieure. Un accord a d’ailleurs été signé avec les gros utilisateurs de palettes pour qu’ils les récupèrent après la fin de leur durée de vie.

  2. Tabary said:

    Bonjour Elisabeth Poulain
    J’ai peur que vous n’ayez pas lu la conclusion de l’histoire !!!!
    Faire des maisons avec des déchets est illusoire
    Au contraire arrêtions de produire du déchet ….. Prévention et non recyclage.
    Nous avons édité un Bilan carbone qui démontre l’intérêt de la prévention à la place du recyclage.

    Cordialement

    Frédéric TABARY

     

  3. Caroline said:

    Bonjour,
    C’est intéressant de revenir sur ce projet qui avait fait parler de lui il y a quelques années. Est-il possible d’avoir plus de précisions sur le fait que proportionnellement, sa construction ait émis plus de CO2 qu’une maison classique ? A quoi est-ce dû ?

  4. myrmidon said:

    Accentuer les défaults et ils passeront comme une idée géniale, une signature. Ce postulat made in uman pourrait résumé ce projet de villa déchet. Qui pourrait croire que quelqu’un a refourgué ses déchets de production semés d’atelier en atelier et ainsi dorer son blason médiatique comme il a récuré les tuyaux d’eaux usées à l’acide chloridrique. Un t’as bari ca trompe énormément.

*

Top
PARTAGER
OU
NOUS SUIVRE PAR EMAIL
En vous abonnant par email vous bénéficierez de nos dernières actualités envoyées hebdomadairement.
Nous ne communiquons pas votre adresse à des organismes tiers.
Vous appréciez le site ? Suivez-nous !