Un projet ambitieux pour le quartier Saint Charles à Marseille : un nouveau parc en centre-ville

parc-urbain-porte-aix-marseille-saint-charles-euromed

Le quartier Saint Charles à Marseille est en pleine mutation. Secteur moteur du renouvellement du centre-ville de Marseille, la ZAC Saint Charles est un projet complet alliant mise en valeur des espaces publics, requalification des voies de circulation et construction de nouveaux équipements (parking, gymnase, école), logements, bureaux et commerces.

La requalification de l’avenue Camille Pelletan : le chantier en photos

Ce projet de ZAC s’articule autour du réaménagement du parc urbain de la Porte d’Aix. Jusqu’à l’année dernière, ce monument historique en Arc de Triomphe était cerné par l’arrivée de l’autoroute A7 à l’image d’un grand carrefour routier. L’objectif d’Euroméditerranée, opération d’intérêt national, est d’apaiser la circulation en faisant reculer l’autoroute de 400 mètres vers le Nord afin de créer un parc paysager convivial et accessible à tous.

Le projet de l’équipe Alfred Peter : vue du bas du boulevard Nédélec vers le gare Saint Charles (Crédit image Alfred Peter)

En 2011, 3 équipes sélectionnées pour le concours de maitrise d’œuvre ont travaillé à l’élaboration du projet. En janvier 2012, le jury composé d’élus locaux a rendu son classement en fonction de la pertinence de chacune des propositions.

Le classement établi par le jury :
1/ Alfred Peter (Paysagiste mandataire)
STOA, Architectes ; Repérage Urbain, Sociologue ; Idée Plus, Concepteur Lumière ; INGEROP, BET ; Roland RIBI, Circulation

2/ Horizons Paysages (Paysagiste mandataire)
OBRAS, Architectes ; Etienne Ballan, Sociologue ; I.C.O.N, Concepteur Lumière ; SP2i / CG Conseil, BET ; Chrsitine Gouriou, Circulation

3/ Atelier Marion Talagrand (Paysagiste mandataire)
Barriquand & Frydlander, Architectes ; REP – Réussir l’Espace Public, Sociologue ; Charles Vicarini, Concepteur Lumière ; EGCEM, BET ; Geodice, Circulation

Le projet lauréat en détails

L’hypothèse de travail développée par l’équipe est « de ne renoncer à rien », ni à la place structurée que la ville historique appelle, ni au vide substantiel hérité de la période moderne et qui permet le parc public.

Le projet se décompose en deux temps : au sud, la place d’Aix « recomposée » complète la ville ancienne, structurée et continue ; au nord, le parc introduit la ville moderne, pittoresque et fragmentée. La place s’adosse à ce qui reste de la place d’Aix : un parvis rectangulaire, en pierre, prolonge l’élargissement de la rue d’Aix jusqu’à l’Arc de Triomphe. Il est tenu, couronné, au delà de l’arc par un mail planté régulier.

A la pointe du boulevard Nédelec, un square planté d’arbres de haute tige prolonge le front bâti et fait ainsi pendant à la tête de l’îlot Sainte Barbe. Le long de l’avenue Camille Pelletan le mail se retourne et marque l’entrée d’un parc public qui se développe le long de l’avenue et dans l’ancienne tranchée de l’autoroute. De tradition romantique, selon l’équipe, clos de grilles, il occupe l’emprise fixée par le programme.

La ZAC Saint Charles en image de synthèse (vue vers le sud de la ville / Crédit image J-M Savignat)

Les espaces publics

Trois principes règlent les aménagements de la place : gérer la pente, traiter les sols, planter le décor. Il s’agit tout d’abord pour l’équipe si ce n’est d’effacer la topographie du moins de la simplifier et d’installer les pentes les plus régulières possibles dans cette géographie urbaine, on le sait, aujourd’hui compliquée. Une démonstration est donnée pour le traitement du débouché de la rue d’Aix et l’installation du grand parvis de pierre jusqu’à l’Arc de Triomphe.

Pour le traitement des sols sont proposés : de la pierre d’abord en tapis reliant la place d’Aix à sa Porte et au droit de ce parvis les enrobés sont éclaircis ; ailleurs, « par tradition marseillaise » les chaussées sont en enrobés bitumineux, les bordures en pierre calcaire et les caniveaux en pavés, les trottoirs en enrobé fins. Les grands axes Nédelec et Dames, ainsi que le bas de Pelletan sont aménagés avec des terre-pleins centraux. Un soin particulier est apporté au traitement des sols et au dessin des limites. Un mail planté sur quatre rangées vient couronner la composition inscrite sur l’axe historique et conforte ainsi l’inscription de la place sur l’axe historique.

Projet de l’avenue Pelletan requalifiée (Crédit image : Seura)

Le parc

Au-delà du mail planté dans le prolongement de la place et qui marque son entrée, trois séquences principales composent le parc. Tout d’abord, en rive de l’avenue Camille Pelletan, une vaste pelouse légèrement encaissée, destinée prioritairement aux pratiques sportives (elle sera réalisée avec une technique de « pelouse sportive » très élaborée en termes de drainage, d’arrosage et de tenue à l’arrachage). Ensuite, sous une frondaison d’arbres qui se libère progressivement de la trame rigoureuse de la place une longue promenade longe les immeubles jusqu’à la place basse : le sol est en béton de terre stabilisé, il accueille cheminements, boulistes, aires de jeux, bancs … Enfin en rive on trouve une seconde pelouse, très légèrement inclinée vers le nouveau mur de soutènement plutôt destinée aux familles, aux pique-niques, à la sieste… Une rampe de construction légère permet de rejoindre le plateau Turenne : elle se décolle progressivement du mur et libère ainsi le sol pour laisser place au parc.

Le parc est clos. Il sera gardienné et fermé la nuit. Les grilles du parc en serrurerie tressée se rabattent entièrement en journée assurant ainsi la continuité entre le parc enclos et son prolongement sur le parvis. La pointe Nédelec est traitée comme un square public, lui aussi clos par des grilles.
La prise en compte de la sécurité des publics autour et à l’intérieur du parc fait l’objet d’une attention particulière et cette problématique sera précisée dans le cadre des études préalables en associant à la réflexion les services compétents (police notamment) et en relation avec les habitants.

Crédit image Alfred Peter


Eco-conception

Les dispositifs paysagers mis en place ont été conçus pour simplifier l’entretien. Le parti pris est celui d’une « rusticité assumée » cohérent avec l’idée d’un lieu qui supporte de très fortes fréquentations. Le parc est présenté comme un « aménagement parasol » propre à accueillir des usages variés et évolutifs, et l’idée principale pour l’équipe est de permettre une multiplicité des usages dans des temps différents. Cet espace urbain est dédié à une multitude de fonctions qui dépendront de l’investissement des usagers et des institutions riveraines.

Pour cela l’équipe propose de laisser place à des installations temporaires, évolutives et expérimentales, ou encore à l’accueil d’évènements (« le carré des biffins ») permettant d’aboutir ultérieurement à une définition collective de « compléments d’aménagements ». L’ambition affichée est d’aboutir à un projet de grand espace participatif, ouvert aux contributions actives des acteurs locaux sous un vaste « parasol végétal » rafraichissant.

Fonctionnalité du projet

Un principe de phasage des travaux est proposé. Des éclairages spécifiques sont prévus pour les zones de circulations exclusivement piétonnes et zones de circulation véhicules et piétons. Pour éviter toute verticale dans l’espace ouvert depuis le débouché de la rue d’Aix, deux mats aiguilles supportent les projecteurs qui éclairent l’Arc de triomphe et ses abords. La mise en valeur du monument est assurée par des projecteurs posés en fosse à sa périphérie. Le reste du mobilier d’éclairage est choisi dans les gammes utilisées sur la ZAC ou à ses abords.

Vue aérienne de la situation actuelle avec une voie de circulation provisoire en remplacement de l’A7 (vue Bing Maps)

Les circulations / transports

Le carrefour est divisé en 2 carrefours élémentaires fonctionnant de façon classique : le carrefour principal St Barbe/Dames/Pelletan et le carrefour secondaire Nédélec / Aix. Les rues du Bon Pasteur et de la Joliette sont déconnectées du carrefour principal pour en simplifier la gestion.

Le projet prévoit une place de choix pour les modes doux : des pistes et bandes cyclables sont prévues dans tous les aménagements.

Source : EPAEM

Crédit photos : Julia Z.

La Porte d’Aix et son « parc » début 2013

Le futur parc urbain aux abords de l’avenue Pelletan en chantier

Le boulevard Nédélec vers le gare Saint Charles (au fond) début 2013

 

Authors

Related posts

*

Top
PARTAGER
OU
NOUS SUIVRE PAR EMAIL
En vous abonnant par email vous bénéficierez de nos dernières actualités envoyées hebdomadairement.
Nous ne communiquons pas votre adresse à des organismes tiers.
Vous appréciez le site ? Suivez-nous !