Franklin Azzi transforme les halles Alstom sur l’île de Nantes

ecole-beaux-arts-nantes-halles-alstom

Les Halles Alstom, au cœur de l’île de Nantes vont bientôt connaître une nouvelle vie. Le chantier vient de débuter et à l’horizon 2020, le site accueillera 4 000 étudiants, 1 000 employés, et une centaine de chercheurs. Situées derrière le palais de justice signé Jean Nouvel, les halles seront le cœur de ce nouveau quartier, dédié à l’enseignement, à la recherche et aux entreprises dans le domaine de la création artistique. 

C’est l’un des projets les plus importants de la métropole nantaise. Après un démarrage retardé (voir encadré ci-dessous), le chantier a été lancé jeudi 27 septembre par la maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole, Johanna Rolland.


Démarrage difficile

Le projet avait été choisi en février 2011, et à cette époque le calendrier prévoyait une livraison en 2014. Résultat, le chantier démarre en septembre 2014… En 2011 donc, le cabinet d’architectes mené par Franklin Azzi avait été choisi pour la transformation des halles industrielles Alstom à Nantes, devant l’équipe de Duncan Lewis (avec Poitevin et Reynaud). Au lancement du concours, 147 cabinets d’architecture avaient fait acte de candidature. Le jury présidé par Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes et président de la Société d’aménagement de la métropole ouest atlantique (Samoa) avait tranché en faveur de Franklin Azzi.


Crédits images © Franklin Azzi Architecture

Ces halles historiques de l’île de Nantes accueilleront :
1. L’école supérieure des Beaux-arts de Nantes Métropole, actuellement installée au centre-ville
2. Des activités de formation et de recherche universitaire
3. Des lieux d’exposition et d’animation économique
4. Des artistes et de petites entreprises du secteur de la création, tels ceux déjà présents sous les halles

Le projet retenu vise à créer un ensemble de 4 bâtiments à la fois cohérents et autonomes, maillés par les espaces publics et inscrits dans les volumes industriels existants. Selon la Samoa, la préservation des structures industrielles offre de nombreux avantages : un fort potentiel d’accueil du public, le respect de l’histoire du site…

Histoire du site

Les halles Alstom constituent un patrimoine architectural remarquable, apparu comme une évidence pour rendre réelles et actives les valeurs de la ville : favoriser le vivre ensemble, le faire ensemble, permettre plus de solidarités en prenant  en compte le passé pour construire un avenir commun.

Lieu Emblématique de la mémoire ouvrière, l’histoire des Halles commence en 1850 alors que la navale s’installe sous la direction de Jean-Simon Voruz, fondeur. La nouvelle fonderie Voruz est née et avec elle la grande aventure collective innovante qui hissera Nantes aux premiers rangs de la construction navale mondiale. En 1909, la fonderie deviendra les ACB (Ateliers et Chantiers de Bretagne) qui seront ensuite rachetés par Alstom.

La fin des années 80, avec la compétition des économies émergentes, voit les fleurons de l’industrie navale sombrer les uns après les autres. Nantes ne sera pas épargnée, et, en 1987, les chantiers « Dubigeon » fermeront. C’est la fin de la grande histoire navale de Nantes. Les halles resteront partiellement en activités jusqu’en 2003. Elles sont alors vendues à la Communauté Urbaine de Nantes. Alstom maintient encore aujourd’hui une partie de sa production dans la halle 8.

La transformation de l’ouest de l’île s’amorcera dans les années 2000 avec Alexandre Chemetoff et Jean-Louis Berthomieu, alors choisis pour créer une nouvelle centralité à l’échelle métropolitaine sur le site. L’implantation du Palais de justice sur l’île de Nantes est un premier jalon. La réflexion de réhabilitation, engagée par la Samoa dès 2004 s’appuie sur le parti pris d’aménagement progressif qui comprend celui de nouveaux espaces publics ouvrant le site jusqu’alors clos sur lui-même. En 2007, les rues de la Tour d’Auvergne et Arthur III ont été prolongées, un mail (celui du Front Populaire) est ouvert entre l’École d’Architecture et le parvis des Nefs, de l’autre côté du boulevard Léon Bureau.

La Halle 13 est réhabilitée en 2006 pour accueillir une pépinière d’entreprises des biotechnologies.

Des cheminements seront aménagées entre les bâtiments

ecole-beaux-arts-nantes-halles-alstom

L’école supérieure des Beaux-arts de Nantes Métropole

franklin-azzi-halles-alstom-nantes-beaux-arts

halles-alstom-ile-nantes

Plus de précisions sur le projet

L’ossature des bâtiments industriels sera conservée, ce qui représente un très gros potentiel d’aménagement (l’espace et le volume des bâtiments sont importants). La préservation de la structure métallique permet de mettre en avant le patrimoine industriel caractéristique des usines du 19ème et 20ème siècles. En revanche, l’architecte propose de recouvrir l’ossature métallique avec des panneaux translucides. Sur le nouvel espace public, des cheminements publics à l’air libre seront créés entre la halle 5 et la halle 6 et entre la halle 1 et les halles 4, 5 et 6. Ils permettront de casser l’impression de masse et d’aérer l’ensemble.

Les charpentes métalliques des halles 4 et 5 seront préservées. Elles accueilleront la nouvelle école supérieure des beaux-arts, dont les différents volumes viendront se glisser sous la structure existante. Le futur parvis intérieur des Beaux-Arts sera un espace non-chauffé.

Le plan du site

plan-halles-alstom-nantes-ecole-beaux-arts

Au total plus de 26 000 m² SHON répartis en 3 bâtiments :

  • Les halles 4 et 5 accueilleront l’école supérieure des Beaux-arts de Nantes Métropole (ESBANM)
  • La halle 6 sera occupée par l’université de Nantes et un ensemble d’immobilier de bureaux
  • Les halles 1 et 2 regrouperont les acteurs d’animation du pôle économique du Quartier de la création, un pôle technique (ateliers à machines, ateliers de montage…), des ateliers d’artistes et d’expérimentation façon FABLAB (laboratoire de fabrication), un espace de médiation / exposition qui permettra de valoriser les productions variées présentes sur site et en dehors, ainsi qu’un programme de restauration, marché « filière courte », espace pédagogique d’atelier du goût…

Accessibles par le mail du Front populaire, la rue la Tour d’Auvergne et la rue Léon Durocher, les bâtiments seront reliés via deux nouvelles rues piétonnes (démolition de deux halles), deux passages couverts et un « Parvis des Arts ».

Exemple de coursives qui desserviront le niveau supérieur. Le parcours sera agrémenté d’arbres suspendus à la charpente métallique dans des sacs.

Fiche technique

Programme : reconfiguration des halles Alstom et construction de l’Ecole Supérieure des Beaux Arts de Nantes Métropole
Maîtrise d’ouvrage : : Samoa – ESBANM – Nantes métropole
Architecte mandataire : Franklin Azzi Architecture
Architecte associé : Paul Armand Grether
Bureau d’étude technique : Setec Bâtiment
Bureau d’étude environnemental : Tribu
Paysagiste : Bas Smets
Acousticien : Lamoureux Acoustique
Économiste : 12 Eco
Contrôle sécurité : Casso et associés
Superficie des bâtiments : 27 000 m²
Superficie du terrain : 17 000 m²
Emplacement : Île de Nantes


Vidéo

Revivez en accéléré la spectaculaire démolition des Halles 3 et 6 bis. A terme, elles permettront de créer deux nouvelles rues piétonnes pour ouvrir le site sur le quartier / Juillet 2014


Réhabiltation des Halles Alstom : démolition… par ile_de_Nantes

Authors

Related posts

*

Top
PARTAGER
OU
NOUS SUIVRE PAR EMAIL
En vous abonnant par email vous bénéficierez de nos dernières actualités envoyées hebdomadairement.
Nous ne communiquons pas votre adresse à des organismes tiers.
Vous appréciez le site ? Suivez-nous !