Pearl River Tower : la tour la plus écologique du monde en Chine

tour-ecologique-china-tobacco-gratte-ciel-SOM

Le cabinet d’architectes SOM inaugurera fin 2010 le gratte ciel le plus écologique de la planète, alors qu’ils viennent à peine d’achever la célèbre tour Burj Khalifa à Dubai, la plus haute tour du monde livrée le 04 janvier 2010 (article ici).

Crédits images : SOM

tour-ecologique-china-tobacco-gratte-ciel-SOM

Cette tour écolo est en construction en Chine depuis 2006, on la nomme Pearl River Tower : La tour de la rivière des perles.

Basé à Chicago, le cabinet d’architectes américain Skidmore, Owings et Merrill (SOM) enchaîne définitivement les records. Après avoir inauguré la plus haute tour du monde, il s’apprête à livrer un gratte-ciel totalement autonome en énergie, qui surplombera à 310 mètres de hauteur le port de Guangzhou à Canton.

C’est assez original de constater que cette tour hyper-écolo accueillera bientôt les bureaux de la filiale cantonaise de l’énorme groupe China National Tobacco Corporation, premier vendeur de cigarettes en Chine, surtout qu’au premier abord gratte ciel et écologie ne font pas bon ménage.

Les caractéristiques de la Pearl River Tower

Hauteur: 310 mètres
Nombre d’étages: 71
Surface construite: 214 100 m²
Durée des travaux: 2006-2010

tour-ecologique-SOM-architecte-canton-chine

Toute la conception de la tour a été pensée en fonction des dernières technologies durables et des derniers savoirs en matière d’économie d’énergie. La façade du building est tournée vers les vents dominants et a été conçue pour les accélérer de 50 % et en produire de l’électricité grâce à des turbines installées dans deux fentes. Cette façade ne sert pas que d’éolienne puisqu’elle est revêtue de panneaux solaires photovoltaïques reliés à un système interne automatisé qui contrôle les besoins en énergie du bâtiment.

L’agence SOM a conçu un système de refroidissement qui économise l’équivalent de 5 étages, en faisant circuler l’eau dans des tuyaux intégrés au plafond. Des récupérateurs d’eau de pluie sont également intégrés au projet. Le but de cette construction inédite est de se rapprocher un maximum de l’auto-suffisance.

tour-ecologique-canton-pearl-river-tower

Conçue comme une aile géante, la tour est capable de profiter des vents d’altitude pour faire tourner des turbines situées aux jointures du bâtiments. Le design aérodynamique de la coque permet aux vents de s’engouffrer dans ces interstices. L’énergie ainsi produite couvrira tous les besoins de lumière. Mais ce n’est pas tout : les vents font aussi fonctionner un système d’aération et de climatisation.

Les coûts de construction étant moindres en Chine, l’intégration de ces nouvelles technologies n’est pas un énorme frein pour les grands industriels, d’autant que la loi chinoise oblige les nouvelles constructions à être 50 % moins énergivores que celles de 1980. Les promoteurs qui investissent dans l’éco-construction sont en outre exemptés d’impôts sur les bénéfices des trois premières années. En termes d’image, pour China Tobacco, ce chantier ne peut qu’être une vitrine agréable pour les investisseurs comme pour l’opinion publique.

Voir plus d’articles sur les tours et gratte ciel

 

Authors

Related posts

9 Comments

  1. adou said:

    c’est très ingénieux. c’est un exemple hors du commun que le monde entier ferait mieux de copier pour la sauvegarde de notre planète.

  2. Louis H. said:

    « surtout qu’au premier abord gratte ciel et écologie ne font pas bon ménage. »  Quel est cet a priori ridicule ? C’est tout l’inverse. Mieux vaut optimiser l’espace et construire en ville a proximite des transports urbains que construire des maison individuelles en campagnes beaucoup plus couteuses en consommation / personne.

  3. Hend said:

    l’écologie, vous avez raison, devient l’art de transformer l’homme en fourmi ou en thermite… cela a commencé lorsqu’on l’a sorti de sa grotte.
    Venu de l’animal, il y revient. Un animal un peu plus cultivé, d’une culture plus intensive.
    Ces futurs me paraissent provisoires. Ces bâtiments sont trop vulnérables. Les fourmis et les thermites font bien mieux, car leurs sociétés sont organisées relativement à leur mode d’habiter, et leurs habitats résistent proportionnellement aux agressions potentielles, ils sont ainsi bien plus rationnels.

    • Marwan said:

      L’architecture c’est l’art d’occuper l’espace. Les êtres humains doués de raison vous saluent et espèrent que vous évoluerez, vous et les espèces animales sceptiques et insensibles à l’écologies (elles n’existent pas en fait), vers des espaces toujours plus énergivores en énergie.

      Bon vent ;)

  4. berlo said:

    Oui vivons caché dans une cave comme cela on ne dépensera pas d’électricité

    • Marwan said:

      La caverne et ses platoniciens. L’homme vivant dans une tour n’est pas caché. Il dort peut être? Il sort aussi? Il peut même y boire une coup, ou faire du sport.

      Vous n’est jamais sorti de la caverne ou êtes vous prêt à entrer un jour dans une tour autonome en énergie ?
      Ce concept de tour autonome est intéressant, vivre dans une tour ne l’est peut être moins, mais force est de constater que les mégalopoles contemporaines en ont besoin, à moins que vous ayez un appart à louer à Shanghaï pour ses futurs étudiants venus de provinces.

      Cheers ;)

  5. Marwan said:

    Félicitations à ses concepteurs ! Encore reste t’il à démultiplier ou démocratiser ce concept.
    Réduction d’échelle de besoins mais de volume disponible, moins d’énergie potentielle et cinétique. D’autres potentiels énergétiques sont nécessaires.

*

Top
PARTAGER
OU
NOUS SUIVRE PAR EMAIL
En vous abonnant par email vous bénéficierez de nos dernières actualités envoyées hebdomadairement.
Nous ne communiquons pas votre adresse à des organismes tiers.
Vous appréciez le site ? Suivez-nous !